mandebala.net

kobadia

Kaba, Mamadi. 1995. Anthologie de chants mandingues (Côte d'Ivoire, Guinée, Mali). Paris: Harmattan.

(Kobadiya [Quand une Chose Réussit1])

p. 92

En général, quand une chose réussit,
Le nombre de ses initiateurs grandit
Tandis que lorsqu'une chose est en faillite,
Le nombre de ses initateurs se réduit.
Allez diffuser partout et à tout moment
Cette vérité vieille comme le temps.
Le succès a toujours plusiers propiétaires,
Tandis que l'échec a très peu de propriétaires.
Quand une chose réussit à autrui
Chacun se met à imiter ce qui a réussi.
Et lorsqu'une chose échoue,
Chacun rejette ce qui échoue.
Celui qui réussit est un magicien !
Alors ne sous-estimons pas le magicien
Car si nous sous-estimons le magicien
Nous aurions envie de devenir magicien
Mais tout le monde ne peut être magicien.
Dans la vie, les comparaisons
Sont parfois des déraisons.
Et souvent les ressemblances,
Ne sont que des apparences.

1 C'est l'un des chants parmi tant d'autres qui exposent soit des conseils, soit des règles de moralité qui appellent à la réflexion. Il ne faut jamais sous-estimer le mérite de tous ceux qui ont réussi. Le magicien est parfois considéré comme simple amuseur public mais ce qu'il fait n'est pas facile à réaliser ou à imiter.

J'ai entendu ce chant en 1939 de la bouche d'un prestidigitateur qui était venu danser chez un haut fonctionnaire de l'époque. Et cette danse avait attiré beaucoup de monde surtout nous, les enfants.

C'est le magicien qui chante et qui danse, tandis que les spectateurs se contentent de regarder et de reprendre le chant.